DFS
Cecilia Bengolea, François Chaignaud

29
Juin
2018

Des ballerines sur pointes, du dancehall jamaïcain et des chants médiévaux ? Depuis TWERK [au TAP en 2014] et Думи мої – Dumy Moyi [À Corps 2014], le duo explore la collision des genres et la perméabilité des danses urbaines et académiques, à travers une écriture décomplexée. Pour ce projet, Cecilia Bengolea et François Chaignaud croisent leurs recherches aux antipodes : l’une sur la technique hyper rythmée de cette danse combative jamaïcaine ; l’autre sur la synchronisation du corps et de la voix, à partir de polyphonies françaises du 13e siècle. Ils convient des danseuses classiques et un leader de dancehall à hybrider leurs gestes chorégraphiques dans des figures inattendues. Une fête survoltée qui a l’insolence de la liberté.


ven 30 mars 21h
TAP théâtre

danse
durée : 50 min
tarif S
picto-02


France | Argentine
conception Cecilia Bengolea, François Chaignaud
collaboration chorégraphique Damion BG Dancerz, Joan Mendy
interprétation Cecilia Bengolea, Damion BG Dancerz, Craig Black Eagle, François Chaignaud, Valeria Lanzara, Erika Miyauchi, Shihya Peng
régie générale, création lumière et collaboration dramaturgique Jean-Marc Ségalen
vidéo Giddy Elite Team
chefs de chant Cécile Banquey, Baptiste Chopin, Alix Debaecker, Eugénie de Mey, Marie Picaut, Celia Stroom
costumes Cecilia Bengolea, François Chaignaud
réalisation Méryl Coster, Florence Demingeon, France Lorenzi

Cecilia Bengolea

Née à Buenos Aires, Cecilia Bengolea se forme aux danses urbaines et poursuit des études de danse anthropologique auprès d’Eugenio Barba avant d’étudier la philosophie et d’histoire de l’art à l’Université de Buenos Aires. En 2001, elle s’installe à Paris et suit la formation EX.E.R.C.E. à Montpellier, dirigée par Mathilde Monnier. Cecilia Bengolea performe la danse comme une sculpture animée, avec la possibilité de devenir objet et sujet en même temps. Elle collabore régulièrement avec François Chaignaud, Dominique Gonzalez-Foerster, Monika Gintersdorfer, Knut Klassen ainsi qu’avec des artistes du dancehall Damion BG Dancerz et Joan Mendy. En 2016, elle est commissionnée par l’ICA à Londres pour la première édition de Art Night et présente au Covent Garden Market une installation vidéo à l’intérieur d’un dispositif constitué de miroirs holographiques et une performance participative de dancehall en collaboration avec la ballerine Erika Miyauchi et l’artiste dancehall Damion BG Dancerz. Avec l’artiste anglais Jeremy Deller, elle coréalise le film RythmAssPoetry, pour la Biennale d’art contemporain de Lyon 2015. Ensemble, ils tournent leur second film en Jamaïque, Bombom’s Dream, pour la Hayward Gallery de Londres et la Biennale d’art contemporain de Sao Paulo 2016.

Francois Chaignaud

Né à Rennes, François Chaignaud est diplômé en 2003 du Conservatoire National Supérieur de Danse de Paris et collabore ensuite auprès de plusieurs chorégraphes, notamment Boris Charmatz, Emmanuelle Huynh, Alain Buffard et Gilles Jobin. Depuis He’s One that Goes to Sea for Nothing but to Make him sick (2004) jusqu’à Думи мої (2013), il crée des performances dans lesquelles s’articulent danses et chants, dans les lieux les plus divers, à la croisée de différentes inspirations. S’y dessinent la possibilité d’un corps tendu entre l’exigence sensuelle du mouvement et la puissance d’évocation du chant, et la convergence de références historiques hétérogènes — de la littérature érotique (Aussi Bien Que Ton Cœur Ouvre-moi Les Genoux, 2008) aux arts sacrés. Également historien, il a publié aux PUR L’Affaire Berger-Levrault : le féminisme à l’épreuve (1898-1905). Cette curiosité historique le conduit à initier des collaborations diverses, notamment avec la légendaire drag queen Rumi Missabu des Cockettes, le cabarettiste Jérôme Marin (Sous l’ombrelle, en 2011, qui ravive des mélodies oubliées du début du 20e siècle), l’artiste Marie Caroline Hominal (Duchesses, 2009), les couturiers Romain Brau et Charlie Le Mindu, le plasticien Théo Mercier (Radio Vinci Park, 2016), le photographe Donatien Veismann et le vidéaste César Vayssié. Il poursuit actuellement une recherche sur les répertoires de polyphonies (géorgiennes, préchrétiennes et médiévales).

Ils en parlent

Sceneweb :

DFS, nouvelle création du tandem sur-actif est un hybride qui met le feu au plateau.