Conjurer la peur
Gaëlle Bourges

9
Avr
2017
Gaëlle Bourges poursuit sa mise en danse éclairante de l’histoire de l’art. Après le 15e siècle [A mon seul désir – À Corps 2016], elle lorgne sur le Trecento avec la fresque Les Effets du bon et du mauvais gouvernement, peinte par Lorenzetti en 1338 dans le palais communal de Sienne. Deux villes, l’une en guerre, l’autre en paix où neuf danseuses serpentent. La chorégraphe réanime les images anciennes de cette fresque, qui sont ici une véritable propagande politique, en entrant physiquement dans les attitudes des figures représentées. Elle invente donc les gestes des personnages et mise sur la capacité des artistes à créer une vision fidèle, mais ouverte, d’une image fixe qui continue de nous interroger aujourd’hui.


+

Atelier danse tout public avec Gaëlle Bourges
À partir de la fresque Les Effets du bon et du mauvais gouvernement, Gaëlle Bourges proposera d’inventer en groupe une ronde lente qui nous permettra d’expérimenter les effets d’un « bien gouverner » dans un espace où l’on danserait « senza paura » (sans peur).
dim 9 avr | 14h – 17h | TAP

Tarifs : 10€ plein tarif, 5€ tarif réduit* + prix de la place Conjurer la peur
(* Tarif réduit : moins de 16 ans, Carte Culture, demandeurs d’emploi et Bourse spectacles)

Conjurer la peur : quelques détails
Entretien avec Gaëlle Bourges et Marco Villari
Avec Conjurer la peur, titre inspiré du livre* de l’historien Patrick Boucheron, Gaëlle Bourges s’interroge sur l’art de gouverner. Accompagnée de Marco Villari, performer et diplomé en Histoire de l’art, elle nous donnera quelques outils pour comprendre les procédés mis en place pour rappeler à la mémoire la fresque italienne.
*Conjurer la peur, Sienne 1338 – Essai sur la force politique des images de Patrick Boucheron, publié aux éditions du Seuil en 2013
mer 12 avr | 18h30 | Maison des Étudiants | gratuit

ven 14 avr 20h30
TAP théâtre

danse
durée : 1h15
tarif M

conception Gaëlle Bourges
récit Gaëlle Bourges, avec des emprunts à :
– Conjurer la peur, Sienne 1338 – Essai sur la force politique des images, Patrick Boucheron, Editions du Seuil, 2013
– Discours de la servitude volontaire, La Boétie, Editions Mille et une nuits, juillet 2016
– Qu’est-ce que le commandement ? Giorgio Agamben, Bibliothèque Rivages, avril 2013
– L’insurrection qui vient, comité invisible, La Fabrique éditions, septembre 2015
– Critique / Patrick Boucheron : l’histoire, l’écriture, Revue générale des publications françaises et étrangères, décembre 2015 ; article « L’histoire à chaud », de Gil Bartholeyns
– Le derrière de l’histoire et Nos écrans se regardent, nos écrans s’aiment par Paul B. Preciado, articles dans Libération week-end, 13 janvier 2017 et 24 février 2017
danse de et par Matthias Bardoula, Gaëlle Bourges, Agnès Butet, Marianne Chargois, Camille Gerbeau, Guillaume Marie, Phlaurian Pettier, Alice Roland et Marco Villari
création musicale Stéphane Monteiro alias XTRONIK, avec la complicité d’Erwan Keravec
musique utilisation de l’œuvre « DAYDREAMING » de Thomas Yorke, S Greenwood Colin Charle, Jonathan Greenwood, O Brien Edward John et Selway Philip James
réalisation des costumes Marianne Chargois
création lumière Abigail Fowler

Gaëlle Bourges

Le travail de Gaëlle Bourges témoigne d’une inclination prononcée pour les références à l’histoire de l’art, et d’un rapport critique à l’histoire des représentations : elle signe, entre autres, le triptyque Vider Vénus (une digression sur les nus féminins dans la peinture occidentale), A mon seul désir (sur la figure de la virginité dans la tapisserie de « La Dame à la licorne »), et Lascaux (sur la découverte de la grotte éponyme). Elle travaille actuellement sur une nouvelle pièce, Conjurer la peur, d’après la fresque du « bon et du mauvais gouvernement », peinte par Ambrogio Lorenzetti dans le palais public de Sienne. Elle est par ailleurs diplômée de l’Université Paris 8 – mention danse ; en « Éducation somatique par le mouvement » – École de Body-Mind Centering ; et intervient sur des questions théoriques en danse de façon ponctuelle. Gaëlle Bourges est artiste associée au Centre Chorégraphique National de Tours / direction Thomas Lebrun de 2016 à 2018 et artiste associée à la Ménagerie de Verre, Paris, pour la saison 16 – 17. Elle est également en résidance longue à L’échangeur – CDC Hauts-de-France de 2016 à 2018.